Actualités de la Société Civile

Prix Nobel de la paix au Quartet : APPEL D’OSLO

“ Nous actrices et acteurs de la société civile tunisienne de l’étranger (France, Belgique, Suisse), nous avons tenu à assister aux cérémonies de remise du Prix Nobel de la Paix au Quartet du Dialogue National Tunisien pour sa contribution décisive dans la transition démocratique Tunisienne.

Par notre présence à Oslo, nous avons voulu affirmer notre engagement résolu et ininterrompu – avant et après le 14 janvier 2011- aux côtés de nos concitoyens, en faveur de la paix, la liberté, le progrès et la démocratie.

Partie-intégrante de la lutte des Tunisiennes et des Tunisiens en faveur de l’instauration d’une véritable démocratie politique et sociale,  nous affirmons à l’opinion nationale et internationale notre attachement au dialogue et au débat démocratique pour faire face à tous les défis que la Tunisie doit affronter.

A cet égard, nous considérons que le combat contre le terrorisme et toutes les formes d’intolérances en Tunisie et dans toutes les régions du monde doit mobiliser toutes les énergies.

Notre pays vit une situation marquée par une menace permanente : attentats, insécurité aux frontières, retour des djihadistes de Syrie, persistance des discours de haine et d’intolérance meurtrière…

Le terrorisme, aujourd’hui, frappe aveuglement dans d’autres pays et d’autres régions du monde  et exige une mobilisation de toutes les forces (pouvoirs publics et sociétés civile) dans le cadre de l’Etat de droit.

La lutte contre ce fléau ne peut se faire que dans le respect total des droits humains universels. Nous nous opposons avec force à toute tentative qui vise à restreindre le champ des libertés fondamentales et plus encore aux discours qui se font insistants dans certains médias tunisiens visant à jeter le discrédit sur les défenseurs des droits humains.

Le processus de transition vers la démocratie engagé par les Tunisiennes et les tunisiens doit avancer sur la voie de la satisfaction des attentes légitimes en matière de libertés, dignité et justice sociale.

Nous faisons nôtre l’insatisfaction manifestée par un grand nombre de nos concitoyens qui ne trouvent pas leur compte dans les politiques menées à ce jour et qui ne répondent pas aux exigences pour lesquels notre jeunesse et notre peuple se sont soulevés le (17 décembre -14 janvier 2011).

Leurs droits légitimes à plus de justice sociale, à un développement régional plus équitable et à une meilleure gouvernance ne trouvent pas, pour l’instant, les réponses espérées.

Parce que notre pays est, aujourd’hui, à la croisée des chemins, nous appelons à une vigilance de tous les instants pour empêcher toute dérive ou retour en arrière.

Pour notre part, nous prenons l’engagement de poursuivre et amplifier nos efforts en faveur de la promotion de l’esprit qui a présidé à l’obtention du prix Nobel de la Paix par la société civile tunisienne.”

Source